Notre-Dame-de-la-Joie

C’est le nom de cette chapelle bretonne, en pays bigouden, bâtie sur les rochers face à l’océan, les vagues viennent frapper ses murs quand la mer se déchaîne, mais elle est toujours debout depuis des siècles.Pour nous aussi, il y a eu beaucoup d’orages et de tempêtes ces derniers temps : l’hiver a été long et rigoureux, les conflits de toutes sortes nombreux, et nous avons nous-mêmes parfois dû supporter la fatigue ou les soucis de santé. Oui, il y a des moments où la vague nous passe par-dessus la tête, mais ne sommes nous pas bâtis sur le roc ? Du Tombeau a jailli la Lumière, le Christ ressuscité nous tend la main comme à Saint Pierre sur le lac de Tibériade : «N’ayez pas peur – Demeurez dans mon amour – Je vous dis cela pour que ma joie soit en vous et que vous soyez comblés de joie. Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés.» Jean, XV, 9-12. Laissons la joie du Christ devenir notre joie et nul ne pourra nous la ravir. Un regard bienveillant, un sourire, un geste affectueux, un mot qui apaise : nous pouvons si facilement donner un peu de joie à ceux qui nous côtoient, de cette joie naît une autre joie, la joie est un don réciproque. «Pour Dieu, regarder, c’est aimer.» (Saint Augustin). Et quand nous nous laissons regarder par le Christ, c’est un peu de la joie divine que nous pouvons transmettre.

Je me dis souvent que l’on ne peut comprendre que ce que l’on vit soi-même et je crois que c’est ce qui fait notre force au sein de Lourdes Cancer Espérance. Nous avons besoin les uns des autres tout au long de l’année et durant notre pèlerinage à Lourdes qui est le «pèlerinage de la joie». Nous devons ouvrir nos portes, ouvrir nos cœurs, ne pas juger, ne pas regarder en arrière, nous sommes des pauvres, mais nous pouvons devenir des guérisseurs. Chaque jour, nous construisons notre vie éternelle, celle-ci est déjà commencée : ce sera une transfiguration et nous n’allons pas monter au ciel avec une «figure de carême». «Ta misère, elle regarde le Seigneur. Les autres, ils attendent ta joie» (Saint François d’Assise).
Avec Marie «Etoile de la mer», le vent peut souffler, nous gardons le cap : «Tant qu’on la suit, on ne dévie pas. Tant qu’on la prie, on ne désespère pas. Tant qu’on pense à elle, on n’erre pas» (Saint Bernard).
Notre-Dame-de-la-Joie, en ce mois de mai, nous pouvons chanter :
“Reine du ciel, réjouis-toi, alléluia, car le Seigneur que tu as porté, alléluia 
Est ressuscité comme il l’avait dit, alléluia, Reine du ciel, prie Dieu pour nous, alléluia”
Florence Guépin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *