Le Magnificat, ou “recoudre ce qui est déchiré”

Le Magnificat, ou “recoudre ce qui est déchiré”

Du plus profond de son être et du peuple Saint dont elle vient, Marie, dans sa louange, montre comment elle a été touchée par le choix de Dieu qui vient la chercher dans sa petitesse et sa fragilité : “Le Seigneur fit pour moi des merveilles… Il s’est penché sur son humble servante … Il renverse les puissants de leur trône, Il élève les humbles … Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides…” Lc 1,48…53

Cette prière de Marie nous montre la prédilection de Dieu pour les pauvres, les humbles, les petits, les fragiles, et nous invite en ce début d’été : soit dans notre fragilité liée à la maladie, à découvrir ou à reconnaître que nous avons “du prix aux yeux de Dieu” Is 43, 4 et que sans cesse Dieu a souci de nous ; soit dans l’accompagnement de nos proches, de nos malades, à entendre l’appel à nous faire petits en nous mettant au service, à “nous risquer au Magnificat”.

Marie accepte d’être l’instrument de Dieu. A nous aussi de nous laisser faire par Dieu, de laisser Dieu faire son oeuvre en nous. Mais cela ne se passe pas sans appréhensions… Le pape François dit : “Qui évite de traverser ses peurs prend le risque de ne jamais trouver la joie”.

Cette visite de Marie à Elisabeth nous invite à passer comme elles, de “la visite à la visitation”. Les deux femmes se montrent ouvertes et disponibles l’une envers l’autre, il y a une forme de respect, de confidentialité dans leur échange. Nous aussi, consentons à la grâce de la rencontre, même si cela nous parait impossible ou très difficile, “parce que je suis malade” ou “qu’il est malade” ! Dans cette “visitation”, tout a de l’importance, tout peut être renversé, chamboulé. Le sacré fait irruption dans notre vie et influe sur notre manière d’être. Rôle essentiel du regard – de la manière de regarder… C’est la grâce de la rencontre : permettre une confiance, une confidence, un secret, savoir se taire quand l’autre a besoin de parler, d’être écouté. Ne jamais conclure, laisser la porte du cœur ouverte… et l’oeuvre de Dieu agit. Ainsi la prière du Magnificat “recoud” ce qui est déchiré : elle permet à l’homme de retrouver Dieu et de retrouver sa vraie nature humaine créée à l’image de Dieu, c’est-à-dire tournée vers les autres, donnée aux autres.

Dans la perspective de notre prochain pèlerinage, nous pouvons, chacun dans notre situation, reprendre cette si belle prière de Marie, en communion les uns avec les autres et les uns pour les autres.

Bon été à chacun dans la rencontre du Christ à travers l’autre !

Editorial nourri par la prédication du Père Michel Pagès pour la retraite des délégué(e)s à Lourdes, avril 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *