Un jour à Chartres

Nous étions une cinquantaine de personnes à la messe de Notre Dame d’Espérance, le samedi 10 mars, célébrée par le Père Yannick. Messe fervente et chantée joyeusement suivie d’un goûter où chacun a pu échanger et partager les dernières nouvelles.

un jour à Chartres…

Pour cette journée : la Confiance ! Oui il en fallait avec cette grève et les horaires chamboulés ! Confiance en Bernard et Jean-François Barrey, délégué LCE 28, qui ont tout organisé et permuté au dernier moment pour les 35 participants ! Après la messe célébrée à la crypte st Fulbert, Solange Malraison, conférencière et membre de LCE 28, nous a fait visiter la crypte romane, la plus grande de France, 250 m, avec ses fresques médiévales et ses vitraux contemporains, puis la crypte carolingienne, caveau st Lubin, datant du IXe s, située sous le cœur de la cathédrale.

Après le réconfort bien mérité d’un déjeuner au chaud, nous sommes partis à pied, puis en bus ou en voiture au “Séminaire des barbelés”, au Coudray.
Camp de transit, il accueillit 38000 prisonniers allemands.
L’abbé Franz Stock, d’abord aumônier des prisons et au Mont Valérien, en 1945, accepte la direction d’un séminaire particulier dans lequel étaient rassemblés des prêtres et des séminaristes de langue allemande où 900 jeunes gens prisonniers furent formés jusqu’en 1947. Un hangar de béton contenait : une chapelle décorée par Franz et des dortoirs, des baraques en bois, des ateliers… entourés de barbelés. Franz Stock mourut peu de temps
après, encore prisonnier de guerre.

De retour dans la cathédrale, émerveillés par tant de lumière, nous avons retrouvé notre conférencière. Chiffres -3,4,7-, formes, couleurs : tout est symbole ! La nef comprend trois niveaux : les grandes arcades, le triforium et le clair-étage. Le triforium représente un espace de transition entre le monde terrestre et le monde céleste. En bas : les fidèles, en haut : le jaillissement des voûtes tendues vers le Ciel. Tout ici chemine de l’humain au divin : dans les verrières l’humain est représenté dans un carré, le divin dans un cercle.
La nef comprend sept travées. Ce chiffre, addition du 3, la divinité et du 4, la matérialité, est un chiffre sacré. Le centre du labyrinthe se situe entre la troisième et la quatrième travée.
Toute l’architecture gothique repose sur l’idée d’élévation vers Dieu.
Un grand MERCI à Jean-François, Solange, Pierrette, Yves, Ginette, Bernadette et Laurent de LCE 28 pour leur gentillesse et leur compétence !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *